(Română) THE ENCANTADAS DE HERMAN MELVILLE : FUITES DANS LE TEMPS, APPROCHES DU VISAGE

Posted On Jul 31 2014 by

Sorry, this entry is only available in Romanian.


(Română) EUGÈNE IONESCO ENTRE LES INFLUENCES ET LES SILENCES

Posted On Jul 18 2014 by

What can Eugène Ionesco’s selection and way of reading reveal about his drama conceptions? Ionesco reader profile interests us because it makes the point to the consideration about author’s (self) representation that sees himself in other’s works: Flaubert by l’Éducation sentimentale, for example, is a confessed influence because of the derision and the “satire of the received ideas”, according to the author’s words, that the writer uses in the novel construction. On the other side, Antonin Artaud is rarely mentioned in Notes et contre-notes, even if when we read le Théâtre et son double the common points that guide both …


LE RÉALISME BOVARIQUE DANS LE THÉÂTRE DE LA PÉRIPHÉRIE : G. M. ZAMFIRESCU

Posted On Jul 27 2012 by

Contrairement à la prose, la dramaturgie de G. M. Zamfirescu, de même que ses préoccupations de théoricien du phénomène théâtral, n’a pas fait l’objet des critiques littéraires d’hier et d’aujourd’hui. Le volume Mărturii în contemporaneitate dévoile au public de lecteurs et de spectateurs un auteur préoccupé par le phénomène théâtral dans toutes ses dimensions. Le théâtre réaliste avec substance humaine, la manière de rendre contemporain et autochtone le discours dramatique, le théâtre jeune et populaire, le théâtre destiné aux ouvriers, en tant qu’éléments-ancre d’une idéologie personnelle, convergent vers la projection d’un univers thématique qui fonctionne de façon chronotopique : la périphérie …


LES DIDASCALIES : LE TEXTE MODE D’EMPLOI ?

Posted On Jul 27 2012 by

L’analyse des didascalies[1] met en évidence le rôle de cette partie du texte théâtral dans le processus de production de sens nécessaire à la construction de la représentation. Eléments porteurs d’informations et de réflexions qui orientent généralement la mise en scène, chez Ionesco, les didascalies sont assez souvent des facteurs d’ambiguїté et n’assurent plus, dans leur qualité de co-éléments de l’énonciation des personnages, la compréhension des messages émis par ceux-ci. [1] Eléments indispensables à la production de sens, les didascalies sont analysables, selon Thierry Gallèpe (Didascalies. Les mots de la mise en scène, Paris, L’Harmattan, 1997) à partir de deux …


LE DEGRÉ DE PRÉSENCE DU SPECTATEUR DANS LA PEAU D´ÉLISA DE CAROLE FRÉCHETTE

Posted On Jul 27 2012 by

La peau d’Élisa (1998) de l’auteure québécoise contemporaine Carole Fréchette présente une avancée intéressante dans la problématique du rapport existant entre l’acteur et le spectateur dans le cadre du jeu théâtral. Nous nous proposons d’analyser ce rapport entre la scène et la salle en posant des questions fondamentales sur les limites et le degré de l’intégration du spectateur dans l’espace scénique : Quelle est la place du spectateur dans la représentation ? Comment le spectateur est-il introduit dans le spectacle théâtral ? Quels sont ses limites et son degré d’intégration dans l’espace scénique ?


MIMÉTISME ET FAUX-SEMBLANT À TRAVERS LA PIÈCE THÉÂTRALE LES JUMEAUX VÉNITIENS DE C. GOLDONI

Posted On Oct 20 2011 by

Dans Les Jumeaux vénitiens, objet de notre étude, il existe un monde du faux où tout le monde feint : illusion, fausses interprétations de la réalité, subjectivité des visions de chaque personnage. Goldoni recouvre ses derniers d’un voile de mystère qui laisse planer le doute sur leurs intentions. Submergés par le flot des événements, les personnages de l’auteur du Trompeur, se retrouvent en proie à des conflits où les peurs s’opposent aux aspirations, où les rêves se heurtent à la réalité, où les désirs trouvent des obstacles dans les désirs des autres, où leur liberté et leur puissance sont bridées par …


DRAME ET DROMENON. UNE (ANTI)POÉTIQUE: LES NOUVELLES DE MIRCEA ELIADE

Posted On Oct 18 2011 by

Il arrive – à la postérité de Nietzsche aussi – que homo religiosus cohabite encore avec homo aestheticus. La nostalgie d’un « théâtre vif » qui anime Artaud rencontre le sacré/ « Dieu vif »/ arrēton, l’ « inexprimable” de Rudolf Otto: le « théâtre vif » de l’un et « Dieu vif » de l’autre sont (à même de déchaîner) de terribles forces, impossible à réduire à des concepts rationnels. C’est le propre du numinos de Otto. Pour Artaud, le vrai théâtre « invite l’esprit à un délire qui exalte ses énergies ». Pour lui, le théâtre manifeste son …


LES BELLES-SŒURS DE MICHEL TREMBLAY VUES COMME PRODROMES D’UNE RÉVOLUTION SOCIALE

Posted On Oct 18 2011 by

L’année 2008 célébrait le quarantième anniversaire de la création des Belles-Sœurs de Michel Tremblay. Cette pièce joue un rôle capital dans l’histoire du théâtre québécois, et pour maintes raisons. Nous proposons de la revisiter en examinant en quoi elle peut être vue, quarante ans plus tard, non seulement comme un portrait juste de la société québécoise de l’époque, mais aussi comme annonciatrice de la révolution sociale alors en germe. Elle contient en effet des prodromes qui compteront parmi les principes directeurs de la « Révolution tranquille ». C’est donc surtout sous cet angle que nous abordons tour à tour ses …


LE JEU DANS LE THÉÂTRE D’ALBERT CAMUS : POLYSÉMIE, POLYMORPHIE, ONTOLOGIE

Posted On Oct 17 2011 by

Si le jeu dans tous ses états se trouve amplement célébré chez Eugène Ionesco, selon la prémisse du présent volume, il l’est aussi, déjà, chez un écrivain dont les œuvres majeures précèdent de peu celles du célèbre dramaturge de l’Absurde : en l’occurrence, chez Albert Camus. À l’instar de Martin Esslin dans son ouvrage de référence qu’est devenu The Theatre of the Absurd (1961), nous percevons Camus comme un précurseur du Nouveau Théâtre. Mais notre perception se fonde sur d’autres motifs, qui s’ajoutent à ceux fournis par Esslin : alors que ce dernier renvoie au philosophe de l’absurde, qu’est Camus, …