LA TOUTE-PUISSANCE DU LANGAGE DANS LA COMMUNICATION

Adriana-Gertruda ROMEDEA

admin 15 Jan 2019

Notre démarche repose sur l’utilisation d’une langue naturelle pour communiquer, car l’usage du langage présuppose la pensée dans le but de transmettre des informations. La plupart des activités de l’homme sont modelées par le langage et nous ne pouvons pas concevoir notre existence sans cet instrument. Les langues naturelles dépendent des conventions qui existent  dans une communauté, en ce qui concerne les principes qui sont à la base de la langue. Au contraire, la faculté de parler ne repose pas sur de tels fondements. Tout homme, quelle que soit sa culture ou son origine, acquerra une langue s’il est suffisamment en contact avec elle. Ainsi, cette personne doit apprendre et maîtriser des normes complexes dans une période très courte de temps pour communiquer dans la société.

Les philosophes du langage étudient la manière dont les symboles linguistiques peuvent être organisés pour produire des phrases douées de sens.

THE DILATORY TIME OF PASSIONATE DISCOURSE IN OTHELLO

Elena Ciobanu

admin 15 Oct 2018

Critics have often approached the ‘double-time’ crux in William Shakespeare’s Othello as a very sensitive issue – it has even been considered as a sign of the playwright’s carelessness about the building of the plot. Various explanations have been given to those discursive segments which seem to bring about a sort of contradiction between the ‘short time’ that ensures the logic of the text and the ‘long time’ that seems to contradict that textual order. It could be lucrative to ignore the ‘long time’ sequences and just keep up with the ‘short time’ of the play, but what we intend to explore in this paper is the idea that the puzzling ‘long time’ of the Shakespearean discourse in Othello can be seen as a semiotic rendering of passion. Greimas and Fontanille (1993: xxi)  have observed that the production of meaning is never purely rational and that the mediation of the body in the process of meaning production brings about certain discordant pulsations in discourse that are manifestations of a passional subject. Our main hypothesis is that the ‘long time’ in Shakespeare’s Othello is the “dilatory time” (1994: 69) of passion, manifested in the text through various types of modalization, and thus it may no longer be seen as contradictory of the message of the play, but very subtly intertwined with it.

DÉGUISER LES MOTS SANS LES CACHER

Adriana-Gertruda Romedea

admin 20 Oct 2011

Nous nous sommes proposé de démontrer comment les « figures » peuvent-elles « masquer »  le sens des mots. D’ailleurs, les figures de construction de la rhétorique visent l’ordre psychologique des propositions et des phrases dans le discours, ayant comme but l’adhésion du récepteur. Les idées appartiennent à une conscience, c’est pourquoi les termes, les propositions, les phrases, possèdent une caractéristique cognitive, une certaine intentionnalité. Cette caractéristique est manifeste surtout dans les expressions linguistiques qui ont comme but la persuasion des interlocuteurs. Les figures prêtent aux idées une forme extérieure qui les déguise sans les cacher.