GEROGES BATAILLES, ANDRÉ BRETON : DE LA « GRENOUILLE » ET DU «BŒUF » SURRÉALISTE EN 1925

Posted On Oct 17 2011 by

Lorsque, en 1925, Michel Leiris présente Georges Bataille à André Breton, il est probablement loin de penser que cette rencontre, qui inaugure, mais bien mal, un débat qui ne s’arrêtera plus entre eux deux, jusqu’à prendre les formes les plus violentes et les plus passionnelles qu’on lui connaîtra quelques années plus tard, n’a cependant aucune chance d’aboutir dans l’immédiat. La notoriété tapageuse de Breton, son éclat solaire, son omniprésence sur la scène intellectuelle et artistique au lendemain du Manifeste, la dynamique collective enfin dont il est le moteur, et qui a séduit Leiris lui-même, étouffent Bataille, enfoncé dans une solitude …