UNE RÉFLEXION LINGUISTIQUE SUR LE PROCESSUS DE L’INTÉGRATION EUROPÉENNE : ANGLAIS ET FRANÇAIS DANS LA TRADUCTION DE L’ACQUIS COMMUNAUTAIRE


Posted On Oct 17 2011 by

Le principe de base de l’Union européenne étant l’union dans la diversité, le multilinguisme se situe au cœur de l’intégration européenne. Les organes de traduction de la Commission ont pour mission d’assurer la communication tant au sein des institutions européennes, que dans chaque pays membre. Dans cette vaste conférence politique et technique qu’est l’Union européenne, les cultures et les langues s’entremêlent, coexistent, s’enrichissent. Les nouvelles réalités de l’Union sont nommées par de nouveaux mots, dotant notre univers politique, social, culturel, économique de nouvelles facettes. Dans notre analyse, nous nous interrogeons sur l’origine de ces « nouveaux-nés » linguistiques, et aussi sur leur transposition dans les langues des Etats membres : quelle langue-source pour quelle langue d’arrivée ? Quelle place pour le français dans un monde communautaire où l’anglais prend le dessus ? Quel est le poids de la culture dans le choix de la langue-source de traduction de l’acquis communautaire dans des langues telles le roumain et le portugais ? Dans quelle mesure l’identité culturelle d’une société détermine-t-elle ses options et son évolution linguistiques dans le contexte européen ? L’intégration européenne signifie bien une adaptation à de nouvelles réalités, mais aussi un retour à soi-même et à ses origines culturelles qui ne peuvent que s’exprimer dans le concert pluriculturel européen. A travers des exemples concrets d’analyse de textes communautaires traduits en anglais, français, roumain et portugais, dans une perspective comparative et basée aussi sur l’expérience concrète du travail de traductrice pour les institutions européennes que nous avons fait, nous nous proposons d’apporter quelques éclaircissements d’ordre linguistique et historique à ces questions.

Last Updated on: October 17th, 2011 at 12:49 P, by admin


Written by admin