« C’EST LUI QUI JOUE LA VERITE. TRICHER L’OBLIGE À MISER L’ESSENTIEL ». L’ILLUSION ET LE JEU CHEZ GIONO ET ARAGON


Posted On Oct 19 2011 by

Les figures de tricheurs, de menteurs, sont occasionnellement liées à l’univers ludique, comme c’est le cas chez Aragonet Giono. Dans ce cadre, elles reflètent une position individualiste, comme Mercadier, dans Les Voyageurs de l’impériale, ou une quête machiavélienne de souveraineté, comme l’artiste dans Les grands chemins. Ces personnages ambigus sont toutefois aussi fascinants ou même pathétiques, et leur rapport à l’illusion se conjugue à un besoin vital de fiction. Plus généralement, leur pratique du jeu est existentielle, et s’accompagne d’une prise volontaire de risque. Les préoccupations financières sont donc bien étrangères à ces joueurs qui mettent en jeu leur vie et la vérité. L’écriture des romans se modèle sur ce jeu créateur de fiction.

 

Last Updated on: October 19th, 2011 at 11:27 P, by admin


Written by admin