CORPS FANTASME ET SOCIETE DANS LA METAMORPHOSE DE FRANZ KAFKA


Posted On Dec 11 2017 by

La Métamorphose nous fournit un des plus déconcertants exemples sur la vision de l’existence humaine chez Franz Kafka. Pour Kafka, la condition humaine est absurde et l’homme ressent pleinement le malheur existentiel dans le labyrinthe d’une réalité qui lui échappe. L’œuvre de Kafka a eu une influence considérable sur la littérature du XX-ième siècle, notamment sur le théâtre des années cinquante, par la vue aliénante qui rend les êtres étranges et étrangers à eux-mêmes, séparés de leur essence, en quête permanente du sens de l’existence. Cette vision aliénante de l’individu qui erre sans aucun but dans un monde incohérent, labyrinthique, absurde est retrouvable aussi dans le théâtre d’Eugène Ionesco. D’ailleurs, Ionesco rapprochait sa conception de l’absurde de celle de Kafka : « C’est cela l’absurde, que les gens soient séparés de leurs racines, qu’ils se cherchent désespérément comme cherchent leur réalité profonde les personnages de Kafka » (Claude Bonnefoy, Entre la vie et le rêve Entretien avec Ionesco).

Last Updated on: December 11th, 2017 at 1:14 P, by admin


Written by admin