LE RÊVE ÉCRIT SUR PELLICULE : LA VOIX DE LA LUNE DE FEDERICO FELLINI ET LE POÈME DES LUNATIQUES DE ERMANNO CAVAZZONI


Posted On Nov 11 2015 by

Nous avions interviewé Ermanno Cavazzoni et quand on a défini le film La voce della luna de Federico Fellini comme une adaptation de son roman, Le poème des lunatiques, l’écrivain a hésité à en donner une définition nette. Cet « éloge de la folie » peut être défini comme le résultat d’une collaboration intense entre les deux artistes qui depuis le premier instant se sont très bien entendus. Tout comme dans le processus onirique, Fellini développe toutes les images proposées par le livre. Certaines scènes, par exemple la capture de la lune, sont les résultats des conversations entre Fellini et Cavazzoni. Pour rendre l’atmosphère du livre, faite de flash et d’images délirantes, le réalisateur décide de ne pas écrire un véritable scénario. Les acteurs improvisent, souvent confus.

Fellini est profondément fasciné par Le poème des lunatiques, un livre non linéaire, sans une trame définie, situé dans le paysage que le réalisateur aimait : la campagne nocturne. Le film devient une sorte de voyage dans l’enfance, dans les souvenirs, dans les rêves, un voyage dans l’inconscient et dans les peurs. Un vagabondage dans l’« inconscient collectif » incarné par Salvini (R. Benigni), le « Pinocchio » nostalgique. Fellini raconte et, en même temps, il se raconte à travers son œuvre ; celle-ci était sa manière personnelle de combattre les angoisses, les peurs, les cauchemars. « J’aime me souvenir ! Plus que vivre ! Et d’ailleurs, quelle différence ? » : dans ce leitmotiv on retrouve la « fidélité visionnaire » que Cosulich a remarquée dans l’œuvre de Fellini par rapport à la structure du roman.

Last Updated on: November 11th, 2015 at 9:58 P, by admin


Written by admin