REPRÉSENTATION DU MOI DANS LES POÈMES DE DEUIL DE DENISE LEVERTOV


Posted On Jul 18 2014 by

Dans l’œuvre de la poète Denise Levertov, l’écriture d’auto-représentation est le laboratoire d’une vision du monde, ainsi que d’un langage poétique vecteur de cette vision nouvelle. Si des bribes d’auto-portraits se retrouvent dans la plupart de ses poèmes, c’est sur un court cycle d’écrits que nous nous pencherons ici, les « Olga Poems ». Ces poèmes, écrits en 1964, quelques mois seulement après le décès prématuré d’Olga Levertoff, la sœur de la poète, occupent une place capitale dans la mise en place de l’esthétique levertovienne.

Dans cette contribution, nous montrerons tout d’abord l’importance du cycle « Olga Poems » comme lieu de construction d’une représentation du « moi ». Le deuil permet à Levertov d’assembler une image du « moi » par opposition avec le portrait de sa sœur, mais aussi en tant qu’héritière de celle-ci. Mais l’aspect crucial de cette réflexion sera la manière dont l’auto-représentation informe l’écriture et l’entreprise poétique levertoviennes. Par sa recherche d’un langage poétique de l’unification, de la guérison et de la cohérence, la poète se place à contre-courant des tendances post-structuralistes de son temps. Alors que Roland Barthes signalait la mort de l’auteur et que les Language Poets rejetaient la  notion de voix poétique comme objet unifié, Levertov créait, dans la lignée romantique, un langage permettant de relier les choses du monde.

Last Updated on: July 18th, 2014 at 9:52 P, by admin


Written by admin