LE LANGAGE DE L’ÊTRE ET LES CHEMINS DE L’IMPENSÉE : ENTRE VÉRITÉ / (MEN)SONGE ET (DÉ)CROYANCE ; STYLE DE NIETZSCHE


Posted On Jul 18 2014 by

La réponse de Nietzsche est affirmative et précise : pourquoi les concepts sont-ils subordonnés à une genèse ? Quelles conditions doivent éclairer leur sens ? Le philosophe explique le concept non pas à partir des légendes ou des mythes, des fables comme « histoires construites de toutes pièces », mais à partir d’une généalogie réactive qui conçoit la force du concept en lui-même, c’est le beau, le méchant, l’intègre, le juste, le droit, le sincère. La philosophie de l’histoire a comme tâche l’explication d’un type de monde opposé à celui de la métaphysique et de la divinité. Elle se matérialise dans un sens conceptuel, avec une rigueur de recherche qui serait une sorte d’artisanat du concept. L’esprit de la pensée nietzschéenne consiste à rendre sa légitimé naturelle à la Vie comme Volonté de puissance infinie. Il s’agit d’une essence naturelle exprimant  la source de la vie, qui est de répondre au destin imposé comme mission par l’existence. Le projet de Nietzsche peut s’intégrer dans les processus de l’évolution de la vie en tant qu’entité psycho – naturaliste qui illumine la vie de l’Etre. Pour Nietzsche l’histoire des idées philosophiques depuis les Grecs jusqu’à nos jours n’était qu’une hérésie irrationnelle qui s’est déployée dans le sol de la civilisation occidentale. Mais dans quelles conditions l’exposition peut-elle être élucidée d’un point de vue analytique et historial ?

Last Updated on: July 18th, 2014 at 10:45 P, by admin


Written by admin